Le Fanal des signares

Géoparc de la petite Côte, lieu de naissance des Signares

Xeeman Jööng Fa Faajut remonte le cours de l’histoire de Joal – Fadiouth. Pour cette deuxième édition, le comité d’organisation du festival de Joal-Fadiouth revient sur l’installation des populations le long de la côte et la géologie liée à l’accessibilité à l’eau, l’environnement et la sécurité. Les explorateurs portugais tombés sous le charme en ont fait un comptoir commercial. Le Fanal de Marie Madeleine Diallo de la structure Djalloré Production, accompagné par un spectacle sons et lumières mis en scène par Jean-Pierre Leurs, revisitera cette facette de l’histoire le 30 Novembre 2019.
Une première à Joal – Fadiouth!

Marie Madeleine Diallo est un des porte – étendards de ces fanals qu’elle pérennise à travers sa structure Djalloré Production. Fin d’année 2018, elle a organisé la 20 e édition à Saint Louis, surnommée la Venise Africaine. L’histoire de Hamet Birom Mody Komé venu de wallaldé à Saint – Louis à dos de crocodile pour épouser une femme était à l’honneur. Une histoire mise en
scène par Jean Pierre Leurs. L’homme a fait ses armes au Théâtre National Daniel Sorano où il a mis en scène des pièces de théâtre de renom comme La mort de Chaka, La tragédie du roi Christophe entre autres. Ensemble, ils promettent aux habitants de Joal – Fadiouth, une autre lecture de l’histoire de leur contrée.
Une version raconte que les explorateurs et marchands portugais, frappés et attirés par la position géographique stratégique et les richesses naturelles de la petite Côte s’y installèrent à partir du milieu du XVe siècle. Ils étaient les premiers découvreurs européens. Ils y fondèrent un comptoir commercial sur un site qu’ils dénommèrent Porto d’Ale qui s’altéra par la suite en Portudal, d’où le Saly-Portudal de nos jours, l’une des premières et plus importantes stations touristiques du Sénégal. D’autres versions existent. Ce qui demeure un fait, c’est que de la cohabitation des Portugais avec les populations locales naquit une communauté métisse luso-africaine dont l’élément féminin s’attribua le titre de senhora qui signifie madame en portugais, titre qui se transforma en signare. Les premiers se marièrent avec les filles des rois de la contrée.


Ainsi, c’est de la Petite Côte que partit le phénomène signare pour essaimer et rayonner à Gorée et à Saint-Louis. Encore aujourd’hui, bien des siècles après, l’empreinte signare à Gorée et plus particulièrement à Saint-Louis demeure, entre autres faits, perceptible dans certaines tenues vestimentaires traditionnelles qui reviennent par moments à la mode et dans certaines festivités comme les célèbres fanals. Selon la présidente de Djalloré production Marie Madeleine Diallo, ‘’le fanal a été créé par les Signares au 18e siècle. A la veille de Noël, ces riches femmes métisses se rendaient à la messe de minuit parées de leurs plus beaux bijoux et accompagnées par leurs esclaves. Ces derniers portaient des lanternes illuminées de l’intérieur par des chandelles et attendaient leurs patronnes dehors avant de quitter les lieux dans une lente procession dans les rues de l’île. Cette coutume est devenue finalement une fête traditionnelle au fil du temps. De lanternes de bois et papiers, on en est arrivé à de gigantesques créations représentant le plus souvent de grands bâtisses, édifices ou monuments de la ville comme la grande mosquée, l’église, le Palais du gouverneur ou le pont Faidherbe mettant ainsi en valeur le patrimoine architectural de la ville de Saint-Louis. ‘’ ( https://www.lequotidien.sn/saint-louis-20e-edition-du-fanal-la-venise-dafrique-revisite-son-riche-patrimoine/ )

Joal – Fadiouth aura son fanal le 30 Novembre 2019 à la clôture du Pré-Festival. Pour rappel, le festival Xeeman Jööng Fa Faajut ambitionne de figurer parmi les activités-phares du Géoparc de la Petite Côte. Lequel, à l’instar de tous les géoparcs, intègre à la fois la protection de la nature, le développement durable, l’éducation et la participation communautaire. N’oubliez pas de jeter un coup d’oeil au calendrier d’activité : ICI

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *